Trois questions à Michaël Delafosse, président du groupe la Gauche pour Montpellier, conseiller municipal de l’opposition.

Depuis le lancement de Destins Montpelliérains, le samedi 26 mai 2018 , dans l’amphithéâtre d’anatomie de la faculté de médecine, Michaël Delafosse, a su garder un rythme de travail intense au contact des habitants entre cafés débats, balades urbaines et quartiers partagés d’été qui prolongent le dialogue jusqu’au 25 juillet prochain, avant qu’un projet ne soit présenté aux Montpelliérains.

Voir aussi : Michaël Delafosse, des « Échanges citoyens » à la Mairie de Montpellier ?

Annonce - Pub - Advertisement

Trois questions à Michaël Delafosse

Votre cycle de travail, de contact, et d’étude avec les cafés-débats et les balades urbaines s’achève quel premier bilan pouvez vous en tirer ?

Un bilan très positif d’échanges directs avec les Montpelliérains qui nous ont permis de réfléchir ensemble à l’avenir de notre ville. De ce travail très dense (treize cafés-débats thématiques et onze balades urbaines), nous allons tirer des propositions qui viendront enrichir le projet que nous présenterons aux Montpelliérains à partir de la rentrée 2019.

Vous avez entamé avec ce mois juillet une opération quartiers partagés d’été en complément de cette première phase, de quoi s’agit-il ?

Nous restons dans le même esprit que les balades urbaines, c’est-à-dire échanger simplement et librement sur le terrain au plus près des préoccupations des Montpelliérains. Pour ce faire nous invitons les habitants de dix quartiers en bas de chez eux lors de ce mois de juillet qui est propice aux discussions prolongées. C’est aussi une manière de mener le dialogue, sincère et continu, qui ne démarre pas la veille des élections. Le prochain Maire de Montpellier ne pourra plus rester enfermé dans sa tour d’ivoire et devra aller à la rencontre des habitants régulièrement et directement.

« Penser les enjeux futurs, imaginer une nouvelle ambition, constituer un espace démocratique » sont vos trois lignes directrices, pouvez-vous nous présenter la troisième : « constituer un espace démocratique »

Il s’agit de repenser le lien entre les habitants et la gestion municipale. Aujourd’hui la méthode du Maire sortant c’est « je décide seul et si vous êtes suffisamment nombreux ou que vous criez fort, je vais infléchir mon action ». Les exemples sont nombreux, mais l’action du collectif #JeSuisUnDesDeux en est certainement l’illustration la plus frappante. Le Montpellier de demain que je souhaite passera par une concertation réelle et sincère et, sur les sujets qui le permettent, une co-élaboration dès l’annonce des projets, et ce avec l’ensemble des acteurs : citoyens, associations, personnes qualifiées, chambres consulaires, élus… De plus, la gouvernance devra être apaisée afin de faire converger l’ensemble des énergies pour faire progresser notre ville. Cultiver la division ne peut mener qu’au déclin.

Voir aussi : Michaël Delafosse pour Montpellier : « c’est là que l’avenir s’invente »

Annonce - Pub - Advertisement