Comme d’habitude c’est la folie à l’hôpital !  Les patients à l’article de la mort se fichent de tout et sont ingérables.

Pour rajouter un peu de désordre, les hypnotiseurs entrent en concurrence avec les anesthésistes. Les parents quant à eux, décident de se mêler à cette journée terrible pour les infirmières et les médecins de l’hôpital en sollicitant sans cesse le personnel hospitalier.

En résumé, une journée comme les autres dans l’univers médical avec toujours moins de moyens, des salaires qui stagnent, mais avec toujours plus de pression.

Ce volume 41, intitulé « Traitement et sale air » toujours aussi drôle et corrosif, et dépeint avec beaucoup d’humour ce qui se passe quand l’hôpital est à bout.

Des gags, souvent grinçants qui font toujours rire et place cette série dans les grands classiques de la bande dessinée franco-belge.

Philippe Bercovici, a acquis le titre de dessinateur le plus rapide de toute la profession en illustrant à lui seul, et dans divers styles, toutes les bandes dessinées et illustrations d’un numéro du journal de Spirou en 1999 comprenant 48 pages. Un véritable exploit ! Repéré à l’âge de treize ans par le scénariste Raoul Cauvin, il était venu lui montrer ses œuvres lors d’une séance de dédicaces.

Souple, efficace, dynamique, son style part du cartoon pour aboutir à une nouvelle forme de la bande dessinée qui lui est propre. Lancées avec son mentor Raoul Cauvin en 1981, « Les femmes en blanc » constituent sa série la plus populaire.

La bande dessinée « Les femmes en blanc – Tome 41 – Traitement et sale air » est disponible depuis le 10 mai 2019 aux éditions Dupuis et comprend 48 pages.