Plus que quelques jours pour convaincre, le Parti Communiste était en meeting à Montpellier jeudi 9 mai, avec son porte-parole et tête de liste pour les élections européennes Ian Brossat devant une salle pleine qui souhaite une belle “remontada”. “S’abstenir, c’est se laisser faire. Voter, c’est se révolter.

C’est une élection à un seul tour, et c’est le 26 mai que ça se joue”, insiste Ian Brossat qui veut que sa gauche se fasse entendre. Il motive son assemblée, pour aller convaincre partout où ils le peuvent, de voter pour leur liste : “Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent.” La crainte, c’est l’abstention. Alors le porte-parole du Parti Communiste pose une question : « la colère va-t-elle s’exprimer par l’abstention, ou par le vote rouge de notre bulletin ? » Que manque-t-il pour gagner les voix indispensables pour franchir cette barre des 5% ? Interview :

Annonce - Pub - Advertisement

Nomadisme fiscal

Dans un contexte de grande colère, Ian Brossat veut convaincre “d’en finir avec une Union Européenne qui prend de l’argent au lieu de développer le progrès humain.” Pour le faire, il dénoncera la politique libérale d’austérité et la règle des 3 % de déficit public à ne pas dépasser, en lançant une autre règle, “beaucoup plus vertueuse : 0% de fraude fiscale.” Et questions frontières : “nous voulons fermer les frontières de l’Europe, aux fraudeurs fiscaux, parce que ce sont eux qui nous coutent cher. Ce sont eux qui nous pillent, ce sont ces multinationales qui font du business chez nous, et qui font du nomadisme fiscal pour ne pas payer l’impôt chez nous…

Salaire minimum européen

Sur cette question, les communistes proposent le niveau de 60% du salaire moyen. Le salaire minimum européen doit être plus élevé que les salaires minimums en vigueur dans chaque pays de L’UE. Résultat : 1 400 euros nets en France, soit une augmentation de 200 euros. Et Ian Brossat lancera : “les députés européens, qu’ils soient italiens, français, ou hongrois sont tous payés pareil, il doit en être de même pour les travailleurs de l’UE.

Marie-Pierre Vieu : défendre le service public

Marie-Pierre Vieu dénonce aussi une Europe au service de l’argent et des multinationales. Et pose comme priorités pour stopper la régression sociale, de défendre le service public, et de lutter pour une harmonisation vers le haut. La députée européenne refuse l’austérité et le démantèlement des services publics. Vidéo :

“La misère n’est pas une fatalité”

Jean-Luc Bou, conseiller municipal de la ville de Sète martèle :la misère n’est pas une fatalité”. Le candidat aux élections européennes rappelle aussi que son Parti est le seul parti de gauche à avoir toujours dit non aux traités européens libéraux qu’il définit ainsi : “le projet des libéraux est d’une violence terrible : casser les acquis de nos anciens…

Balasko en soutien

À Montpellier, beaucoup de militants ont l’énergie et l’envie de penser qu’avec Ian Brossat, “le PCF est de retour”, et que la “remontada” est pour bientôt. Comme Josiane Balasko qui s’engage pour les élections européennes. Mardi 7 mai, l’actrice a annoncé son soutien au Parti, avec une tribune publiée par le journal L’Humanité : « Pourquoi je m’engage aux côtés de Ian Brossat et des communistes ».

Ian Brossat tiendra un autre meeting à Toulouse samedi, et dimanche il sera à Bordeaux. Reste encore à franchir le cap des 5% pour que le Parti Communiste français puisse siéger dans le groupe GUE/NGL, qu’il avait contribué à créer. Aujourd’hui, les différents sondages lui donnent entre 2 et 3% des intentions de vote.

Annonce - Pub - Advertisement