Le projet de loi Blanquer: « pour une école de la confiance » s’inscrit dans la droite ligne des politiques libérales menées depuis vingt ans qui mettent en péril l’école de la République. Cette réforme consacre une école du tri et de la concurrence et un enseignement à deux vitesses. Elle vise la mise au pas des enseignants dans son article 1 et veut les transformer en simples exécutants par la remise en cause du statut de la fonction publique. Cette loi est un véritable outil de précarisation de l’emploi, où l’État s’assure une réserve de personnels à bas coût qu’il pourra utiliser en fonction des besoins. Les enseignants se mobilisent afin d’obtenir l’abandon du projet de loi. L’intersyndicale a appelé à des manifestations sur tout le territoire samedi 30 mars et à une journée de grève nationale jeudi 4 avril.

Je leur apporte tout mon soutien. Je participerai aux initiatives des syndicats enseignants et des associations de parents d’élèves et des lycéens et étudiants en lutte. Je continuerai à me battre avec eux et avec vous :

  • Pour les enfants : une école de l’égalité et de l’émancipation.
  • Pour les enseignants : la liberté pédagogique et le pluralisme, la maîtrise de leur métier, la revalorisation de leurs salaires.
  • Pour toutes et tous : le développement d’un grand service public d’éducation. Seul garant de l’égalité de l’enseignement.

Jean-Luc Bou
Enseignant.
Conseiller municipal de Sète.
Candidat aux élections européennes, sur la liste de Ian Brossat.
« Pour l’Europe des gens, pas celle de l’argent ».