Europe Écologie Les Verts était jeudi soir en meeting pour les élections européennes au stade des Costières à Nîmes.

Sibylle Jannekeyn a reçu pour l’occasion, Marie Toussaint, quatrième sur la liste de Yannick Jadot.

« Ce n’est pas une fatalité inéluctable, mais il faut que les politiques agissent. Il y a une urgence climatique car si rien n’est fait on va sur un réchauffement de 5 à 6 degrés. » Face à ce constat glaçant, la candidate a pu égrainer les cinq grandes lignes qui se détachent du programme de l’EELV «Ensemble, sauvons le climat ».

« Pour sauver le climat, on a besoin de l’Europe, car c’est à cet endroit où tout se joue. » – Marie Toussaint

En premier lieu, adopter un traité environnemental et promouvoir une forme de protectionnisme vert pour faire de l’écologie la priorité de l’Europe, avec en tête l’apparition de l’écologie comme norme juridique supérieure.

La création dans un second temps d’une banque européenne du climat et de la biodiversité, et le développement d’un plan massif d’investissement pour sauver le climat. Ce plan d’investissement à hauteur de cent milliards d’euros par an serait un bouclier tant écologique que social. Social, car ce sont souvent les plus fragiles, qui sont le plus touchés par les impacts de la pollution sur la santé.

Le troisième point concerne les paradis fiscaux et la remise de la finance à « sa place ». Le Luxembourg et Malte sont des paradis fiscaux, EELV souhaitent que ces pays se conforment aux règles européennes.
Sur le plan de la finance, l’instauration d’une taxe sur les transactions financières pourrait faire gagner à l’Europe 190 milliards d’euros par an.

En quatrième, une agriculture 100 % bio pour défendre les terroirs et protéger la qualité de l’alimentation : repenser toute la chaîne de production, interdire les OGM et évidemment les pesticides, autoriser la libre semence, faire du 100 % bio et local, et aider les agriculteurs à être mieux rémunérés de leur travail, interdire les fermes usines, et les conditions de vie déplorables des animaux, broyage des poussins mâles et castration des porcelets sans étourdissement.

Enfin le dernier point abordé par Marie Toussaint concernait les lobbys et les « technocrates » pour rendre l’Europe aux citoyennes et aux citoyens.
Les chiffres sont colossaux. 1 000 milliards d’évasions fiscales, chaque année dans l’Europe. 1 000 milliards des lobbyistes.
Pour la candidate, le pouvoir de ces entreprises qui ne reculent devant rien est énorme, à titre d’exemple, pour un parlementaire européen, il y a 42 lobbyistes qui gravitent autour de lui, un seul sera pour l’écologie. Ce n’est plus possible.

Les 25 plus grandes entreprises au monde représentent 71 % des émissions de tous les gaz à effets de serre du monde.

Prenant exemple sur l’entreprise Total, elle a pu dénoncer pendant tout son meeting les arrangements de l’entreprise avec la taxe carbone, mais aussi les arrangements français sur le carbone. En effet, si l’emprunte carbone est restée stable, c’est que la France a délocalisé une partie de sa production et de son industrie polluante, vers des pays européens moins regardant, ou des pays en sous-développement.

Focus sur Marie Toussaint :  si son nom n’est pas très connu du grand public, son combat marque pourtant un tournant en matière climatique. Cette docteure en droit de l’environnement est la co-initiatrice de « l’affaire du siècle » l’action en justice qui a rassemblé plus de deux millions de signataires et qui a attaqué l’état pour inaction climatique.