L’absence de réponse sociale et le choix manifeste de la répression, c’est la violence de classe totalement assumée par Emmanuel Macron. Alors que les prix à la consommation sont repartis à la hausse, le président des riches et les députés macroniens n’ont rien trouvé de plus urgent que de voter une loi liberticide contre le droit de manifester.

Pour la justice sociale et les libertés, la journée de grève et de manifestations du 5 février 2019 doit soulever le pays.

Francois Liberti
Président de l’association des élus
communistes et républicains 34