Un peu plus de deux mois, et maintenant le mouvement des Gilets Jaunes s’inscrit sans détour possible, dans le paysage politique français. Certains groupes de Gilets Jaunes semblent se tourner vers les organisations syndicales pour donner plus de poids à leur mobilisation.

Le 05 février : réussir la grève et les manifestations

Des assemblées générales partout : « pour réussir la grève et les manifestations » de mardi 5 février 2019. C’est la demande claire de la CGT, faite à tous ses membres. « Ce ne sont pas les mesurettes récentes annoncées par le gouvernement en réponse au mouvement des gilets jaunes qui répondent aux urgences sociales. Les 57 milliards d’euros versés aux actionnaires des grandes entreprises démontrent l’ampleur des richesses créées par les travailleurs » ; « Au-delà des mobilisations des citoyens depuis de nombreuses semaines, il est indispensable de construire un rapport de force, notamment par la grève, pour imposer au patronat la redistribution des richesses« , explique la CGT.

De son côté, Eric Drouet souhaite que le 5 février devienne une journée de grève générale illimitée. Et transformer ce 5 février en « blocage total« .

Annonce - Pub - Advertisement

Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), se dit du même avis, le 23 janvier sur RMC : “Je me joins à l’appel à la grève générale illimitée à partir du 5 février

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise se joint à l’appel à la grève générale lancé par la CGT. Il voit dans cette journée une possibilité de « convergences » entre Gilets Jaunes et syndicats. Une évolution normale et naturelle qu’il juge souhaitable : “un test se profile. Cette convergence se fera-t-elle ? Mobilisera-t-elle ? Se prolongera-t-elle ? Ces questions sont cruciales dans le contexte. Un succès à partir du 5 ouvrirait une nouvelle phase de l’insurrection citoyenne qui dure depuis onze semaines. Les insoumis sont donc tous mobilisés, j’en suis sûr, pour encourager partout au passage à l’action. Cette date fixe une possibilité de grand saut du mouvement vers ses objectifs politiques.

La FIDL et L’UNL-SD lancent un appel à bloquer tous les lycées le 5 février.

Les revendications de la CGT sont :

  • L’augmentation du Smic, du point d’indice, de tous les salaires et pensions.
  • Une réforme de la fiscalité : une refonte de l’impôt sur le revenu avec une progressivité qui permette d’alléger le poids des impôts indirects, TVA, TICPE.
  • Le développement des services publics partout sur le territoire
  • La suppression des aides publiques aux entreprises : CICE et exonérations diverses qui ne servent ni l’emploi, ni la revalorisation des salaires, ni l’investissement de l’appareil productif.
Annonce - Pub - Advertisement