Le mouvement des gilets jaunes, pluriel, tant politiquement, que socialement, viendra-t-il surprendre les insoumis en pleine convention, et plonger la France « en état d’insoumission générale » ?

C’est que le planning de la convention a déjà été bousculé par ce mouvement citoyen – « révolution citoyenne » appelé de ses vœux par Jean-Luc Mélenchon -, poussant les organisateurs a changer leurs plans pour le week-end.

VOIR AUSSI : “Gilets Jaunes”, acte 4 en marche !

Faute de pouvoir reporter la convention, LFI a changé ses plans pour le week-end.

De nombreux changements ont été effectués par les organisateurs en amont de la mobilisation du 8 décembre. Le discours de Jean-Luc Mélenchon, prévu initialement à 14 heures, a ainsi été reporté au début de soirée et de nombreux députés absents, devraient intervenir en duplex pour être présents aux côtés des gilets jaunes de leurs circonscriptions.

Alors, que peut bien apporter La France insoumise à cette France des « ronds-points » ? Et réciproquement ?

« Je jubile. Les événements en cours sont à mes yeux la confirmation du schéma théorique mis au point dans la théorie de la révolution citoyenne telle que l’a résumée mon livre l’Ère du peuple », écrivait Jean-Luc Mélenchon, sur son blog, le 2 décembre dernier, une semaine avant le début de la Convention.

Une position encore réaffirmée jeudi dans sa revue de la semaine : « il faut faire réussir l’approfondissement et l’élargissement du mouvement, donc insoumis, insoumise, participez à ces mouvements […] samedi, évidemment, il faut aller dans l’action ».

Ce soutien est en réalité peu surprenant. La France insoumise a ainsi beaucoup a gagner à une réussite du mouvement populaire et spontané des gilets jaunes, dont les revendications sont, aujourd’hui, très proches et qui permet au mouvement de se relancer, après quelques séquences malheureuses, et avant que ne débutent les Européennes.

En parallèle à la Convention et en soutien à la « grogne » populaire, les députés socialistes, insoumis et communistes déposeront  lundi 10 décembre, une motion de censure contre le gouvernement.