Ce 11 novembre, “La Libre Pensée de l’Hérault » organise, un rassemblement à Montpellier devant la statue de Jean Jaurès, pour célébrer la fin de la 1re guerre mondiale.

Un rassemblement pour rappeler que le « 11 novembre n’est en rien un défilé militaire, à la gloire des armées, des guerres. Le 11 novembre nous éclaire surtout sur l’immense saignée qu’ont subie nos aïeuls, nous enseigne que chaque commune a perdu plus d’un fils. »

Pour l’association, ce rassemblement doit aussi permettre de « réaffirmer notre combat centenaire pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple. » « Des balles françaises déchirent les corps de 639 soldats et officiers de l’armée française, sur ordre des généraux. Ils sont assassinés, calomniés, injuriés, salis pour toujours et leurs familles méprisées depuis 100 ans. Leurs crimes ? : avoir refusé de mourir pour rien dans une boucherie inutile. »

La volonté du haut commandement français lors de la Première Guerre mondiale de rendre une justice « pour l’exemple » fait encore aujourd’hui débat.

Si les « fusillés pour l’exemple » hantent encore la mémoire de la Première Guerre mondiale, la réalité reste pour autant confuse, ainsi tous les fusillés n’ont pas été « fusillés pour l’exemple », certains l’ont été pour des assassinats ou des viols.

Il y aurait ainsi eu, au total, 639 fusillés pour « désobéissance militaire », « pour l’exemple », dans l’armée française, surtout sur la période septembre octobre 1914, moment des premières défaites françaises et de la reprise en main de l’armée, puis lors de l’offensive du Chemin des Dames en 1917.

Le lieu de rassemblement n’est pas anodin pour l’association, Jean Jaurès étant pour ses membres, « le premier fusillé pour l’exemple dont l’assassin a été acquitté en 1919 par une institution judiciaire aux ordres de la caste militaire ».