C’est reparti ! l’incontournable salon de l’automne ouvre ses portes ce samedi 3 jusqu’au dimanche 11 novembre au parc des expositions de Nîmes.

Comme chaque année, originalité, créativité et surtout qualité sont les maîtres-mots auxquels doivent répondre les 160 exposants venus de toute la France.

Cette année l’exposition s’articule autour de deux domaines, la maison (mobilier, art de la table, luminaires, etc.) et la mode (bijoux, accessoires et textiles). Viennent s’ajouter à cette exposition au sens littéral du terme, des démonstrations de savoir-faire et l’opération « coup de pouce »

Car Nimagine c’est cela aussi : Un lieu de rencontres et d’échanges.

Pour s’adonner aux métiers d’arts, faut-il encore être formé et bien formé.

Si du temps de nos grands-parents, les métiers d’arts s’apprenaient sur le tard (l’enfant de treize ou quatorze ans devenait arpète, apprenti), puis selon les filières compagnons ou maîtres, au fil du temps ce savoir-faire ancestral a tout d’abord décliné puis s’est inscrit dans le domaine de l’éducation nationale ou du compagnonnage.

Cette année, c’est le lycée des métiers d’art Georges Guynemer d’Uzès qui est mis à l’honneur. Cet établissement public de la ville propose des formations professionnalisantes dans ces spécialités si recherchées. Les métiers du bois, du fer, du tissu ou encore de la pierre sont ainsi valorisés au moyen de filières d’excellence. Le lycée des métiers d’art Georges Guynemer, le seul de ce type dans la région Occitane voit d’ailleurs son excellence récompensée d’un label lycée des métiers. La spécificité de l’établissement vient de sa capacité à allier méthodes de travail ancestrales et techniques et outils modernes issus des recherches récentes. Entre tradition et anticipation des futures tendances, le lycée des métiers d’art Georges Guynemer fait office de pont entre les époques.

Sur le salon, le lycée proposera aux visiteurs un espace « vitrine », composé de meubles, sièges, décors muraux, tableaux sculptés ou marquetés ainsi que différents objets réalisés par l’ensemble des sections du lycée. Un espace de démonstration permettra de faire découvrir les formations du lycée aux visiteurs, par le biais de démonstrations d’élèves des différentes sections métiers d’art (sculpture, marqueterie, modelage, monture en bronze, tapisserie et décors, taille de pierre, ferronnerie d’art), des projections vidéo ou des supports d’informations.

Opération coup de pouce

Enfin, Nimagine récompense un créateur ayant commencé son activité depuis moins de 3 ans et n’ayant jamais participé au salon. Cette année, c’est le jeune créateur Léo Vanderlick qui a le privilège de pouvoir exposer ses œuvres. Sélectionné sur des critères de qualité artistique et de maîtrise pointue d’un savoir-faire, cet originaire du Limousin se frotte à l’univers artistique et imagine sa première création alors qu’il n’a que 6 ans.

Aujourd’hui âgé de 19 ans, le jeune homme s’inspire du mouvement rétro futuriste « Steam Punk », style littéraire dont les plus grands maîtres sont sans conteste Jules Verne et H.G. Wells et leur univers si particulier avec leurs machines imaginaires. Il réalise des pièces uniques avec des matériaux nobles comme le cuivre, le laiton, le bois et le cuir très en vogue à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Des pièces uniques qui séduiront les visiteurs de Nimagine et les embarqueront pour un voyage au cœur de l’univers du jeune créateur.

Courtesy of Mark Harding, photographe ; machine steam punk, 2010.

Renseignements pratiques :  En semaine : 12 heures – 19 heures
Week-ends : 10 heures-19 heures Nocturne le vendredi 9 jusqu’à 22 heures
Tarif : 6,50 euros.