Plus qu’un lifting, c’est un embellissement harmonieux des façades que la commune souhaite impulser. Elle a ainsi mené une action de sensibilisation sur le sujet mercredi soir en mairie, via le conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement /CAUE. 

L’harmonie d’une cité se lit aussi sur ses murs. C’est pourquoi la Ville veut inciter les habitants à colorer leur façade, en respectant les tons des paysages environnants. Avec trois zones aux caractéristiques très différentes (le bord de mer, la plaine à la fois urbanisée et viticole et le massif de la Gardiole), il n’est pas évident de trouver les justes couleurs. En lien avec la révision du plan local d’urbanisme/ PLU, qui sera soumis au conseil municipal mercredi prochain, la commune a donc engagé un travail sur les façades. La mission a été confiée au Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement/ CAUE de l’Hérault.

Relevés de terrains, observations des façades, des couleurs, des enduits, des typologies bâties, de leur évolution au fil des siècles… Les conclusions de cette étude sont exposées à l’Hôtel de Ville depuis le 12 et jusqu’au 22 septembre, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. Elles sont aussi synthétisées dans une plaquette, disponible sur le site de la Ville*.

« Il faut savoir regarder sa maison de l’extérieur »

Mercredi soir, conseils de quartiers, conseil des sages et professionnels du bâtiment étaient invités à en discuter. En préambule, Sylvaine Glaizol, architecte-urbaniste, précisait « Nos propositions de tendances chromatiques ne sont pas des prescriptions mais des recommandations ». Claude Léon, conseillère municipale, déléguée à l’aménagement du territoire ajoutait : « Au-delà des couleurs, nous voulons sensibiliser la population au domaine public. Si la Ville agit sur les équipements publics, chacun participe à l’esthétique de notre cadre de vie. Il faut savoir regarder sa maison de l’extérieur ».

Façades, ouvertures, menuiseries, volets, ferronneries, climatiseurs, enseignes, toitures, végétaux… Ce sont tous ces détails qui font l’harmonie… ou pas. « Pour obtenir la conformité, les murs de clôture doivent être crépis, soulevait un habitant. Mais nombre d’entre eux ne le sont pas. Que fait la mairie ? » « Au centre ancien, soumis à l’approbation des Bâtiments de France, nous avons un droit de regard, répondait Claude Léon. En dehors de ce périmètre, nous avons une personne en charge de la police de l’urbanisme qui relève déjà beaucoup d’infractions. Mais les procédures sont longues et nous ne pouvons intervenir partout. Et notre priorité est de lutter contre la cabanisation. »

A la coercition, la Ville préfère la sensibilisation, via des citoyens ambassadeurs. « Nous pouvons programmer des rencontres avec les experts du CAUE au sein des conseils de quartiers », a proposé l’élue.  « Nous offrons aussi les services gratuits d’un architecte conseil* aux particuliers », enchaînait Sylvaine Glaizol. Et de glisser : « embellir sa façade ou sa clôture augmente aussi la valeur de son bien ».

*Plaquette en ligne sur http://www.frontignan.fr/publication/couleurs-de-frontignan-peyrade/

**Pour prendre rendez-vous avec l’architecte-conseil, contacter le CAUE 34, 19 rue Saint-Louis à Montpellier,  tél : 04 99 133 700  et sur www.caue-lr.fr

Frontignan la Peyrade – Cabinet du Maire / Direction communication