Monsieur Commeinhes estime qu’il y a trop de verdure à Sète. Quel choc de découvrir l’arrachage des arbres en bas de la rue Prévot d’Augier.

Pour une ville de 45 000 habitants, hormis le parc Parc Simone Veil – du Château d’Eau -, et le site des pierres blanches, quels sont les espaces verts dédiés aux citadins de Sète et leurs enfants, aux anciens cherchant un peu de verdure ? Le peu de voies bordées par des arbres souffre d’une disparition subite de ces derniers.

Quelle raison à cet arrachage radical ? La faute aux racines imposantes ? Mais un arbre et des trottoirs, ça s’entretient ! l’urgence des canalisations qui viennent d’être restaurées ? Mais là, aussi, un minimum d’anticipation était à prévoir. La gêne occasionnée pour une urbanisation à venir dans ce quartier, déjà saturé de béton ?

Il s’agit de notre responsabilité collective à l’égard de nos générations futures, responsabilité bafouée par la municipalité en place, pour qui, manifestement, l’écologie n’est pas une priorité, malgré des déclarations d’intention en 3D.

Le 1er édile auto-proclamé « [éducateur] des Sétois », ne donne pas l’exemple, ni en cohérence, ni en respect et implication environnementale.

Véronique Calueba
Pour les Elus de Puissance Sète le Rassemblement