Le maire président de Montpellier a annoncé qu’il entendait mettre en place des Zones de Faible Emissions à Montpellier et dans sa Métropole pour lutter contre la pollution automobile. * (communiqué de presse de la Métropole)

Les écologistes montpellierain-es se félicitent qu’il semble avoir entendu leurs propositions du 5 juin 2018 pour mettre en place un tel dispositif d’ici 2019.

Ils attendent aujourd’hui qu’il les mette en œuvreAu delà de l’effet d’annonce, qui n’est précédé d’aucun travail préparatoire partagé et visible, il faudra en effet surtout des actes et des changements

Force est de constater à ce jour que la communication de la Métropole se résume à un vœu pieux, à l’évocation d’une mesure sur le seul transport de marchandises en centre ville, et de projets retardés sciemment par l’équipe en place comme la ligne 5 de tramway.

A côté de cela, le dogme des transports du siècle dernier demeure, encore énoncé il y a quelques jour par le vice président en charge : il faut plus de routes, plutôt que moins d’automobiles et plus de déplacements non polluants dès que c’est possible.

Il y a pourtant urgence dans la Métropole, les mesures de la qualité de l’air le montrent clairement, et l’Europe enjoint même l’Etat d’intervenir.

Aujourd’hui même, jeudi 26 juillet, ATMO  prévoit un épisode de pollution de l’air à l’ozone (O3) sur l’Hérault et le Gard.

Ces Zones de Basses Émissions doivent être un outil clair, pédagogique et progressif où des zones entières de la Métropole doivent petit à petit être interdites aux véhicules polluants au profit des autres modes.

Les écologistes attendent donc des objectifs précis et un calendrier de mise en oeuvre, dont les premières mesures puissent intervenir d’ici 2019, et dans tous les cas avant la fin du mandat du maire sortant.

La majorité sortante saura-t-elle faire preuve de courage à la veille des élections pour un sujet majeur de santé publique ?

Europe Ecologie – les Verts Montpellier

* Philippe Saurel a fait savoir via son service de presse qu’il avait assisté à Paris à la conférence de presse de présentation de la loi « mobilité propre », le 20 juillet 2018 par les ministres Hulot et Borne.