Samedi 7 juillet les deux premiers trains arrivent dans la nouvelle gare Montpellier sud de France, au milieu de nulle part. Les promoteurs de ce grand projet inutile sont tellement honteux qu’ils ont annulé l’inauguration !

Communiqué de presse – René Revol – 5 juillet 2018
Le Fiasco de la Gare de la Mogère.

L’installation de la gare sud de France participe d’un projet industriel de la SNCF et de l’État en partenariat avec les grands constructeurs privés, qui visent à privilégier la très grande vitesse et l’installation d’une gare flambant neuve en dehors des centres-villes, contredisant l’objectif écologique d’intermodalité entre les types de transports et obligeant les usagers à de longs temps de déplacement pour se rendre à la gare, avec plusieurs moyens de transport  : bus, tram, navette tout ça pour gagner 20 minutes de gare à gare pour aller à Paris et en faire perdre le double aux usagers.

Il faut ajouter que le financement de ce grand projet inutile se fait d’une part avec les péages de chaque train qui passe, renchérissant ainsi le transport ferroviaire et d’autres par l’extension immobilière sans limites autour de cette gare.

De plus concernant la gare de la Mogère la collectivité locale a participé d’un Partenariat Public Privé qui prévoit que la collectivité compensera le déficit de cette opération, ce qui ne manquera pas de se produire vu le faible nombre de trains qui desserviront cette gare. C’est la raison pour laquelle qu’en tant que Conseiller Métropolitain, comptable des deniers publics, j’ai fait un recours contre le PPP, actuellement instruit en appel, soulignant le fait que personne n’a eu accès à l’annexe financière. Celle-ci est restée secrète, et elle établit un lien entre la SNCF et la Holding luxembourgeoise maitre d’ouvrage du projet, holding qui de surcroit ne paye pas d’impôt en France, qui va se gaver sur cette affaire.

Quant à la querelle de Monsieur Saurel et Madame Delga qui relève plus de la cour d’école que d’un débat public sérieux, je me contente de remarquer que ces deux responsables n’ont pas eu le courage de stopper ce projet en temps utile, laissant faire cette catastrophe financière et écologique.

René Revol
France Insoumise