L’information est tombée il y a quelques jours, plusieurs auditions ont eu lieu récemment en préfecture concernant l’épisode neigeux de février-mars dernier.

On se souvient de cet épisode neigeux chaotique exceptionnel. Mais, s’il fallait remonter à janvier 1987 pour trouver un épisode neigeux comparable, la gestion de l’épisode n’a pas été sans quelques couacs. Le maire de Montpellier et président de la métropole étant même allé jusqu’à engager une procédure de classement en catastrophe naturelle pour la ville, début mars 2018.

Annonce - Pub - Advertisement

La ville de Montpellier fut complétement paralysée les mercredi 28 février et jeudi 1er mars, les transports en commun étant supprimés et les routes étant impraticables, de nombreux automobilistes se sont retrouvés bloqués près de 30 heures sur l’autoroute A9. Il fallut attendre le vendredi matin pour que l’ensemble du réseau des transports reprenne.

L’Inspection générale de l’administration (IGA) a remis un rapport au gouvernement.

On ne sait pas, aujourd’hui, qui a saisi l’IGA, émanation du ministère de l’intérieur, mais plusieurs auditions ont eu lieu en préfecture. Auraient ainsi été entendus, le maire de Montpellier et Président de la Métropole, Philippe Saurel et le maire de Gignac.

Philippe Saurel affirmait peu après l’épisode : « Pendant que les polémiqueurs professionnels festoyaient à Paris et faisaient des paquitos, avec toutes les équipes, les volontaires et les habitants de la Métropole, nous étions sur le terrain ! » Difficile de savoir ce qu’en dit le rapport.

Annonce - Pub - Advertisement