Samedi 2 juin, vers midi, s’est déroulé, devant le Musée de la Romanité, à l’occasion de son inauguration en présence de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, un double rassemblement.

Le premier était à l’appel des parents d’élèves du Conservatoire de Nîmes. L’Apec proteste contre les augmentations pharaoniques des cotisations que devront verser les 1200 élèves du conservatoire (voir lemouvement.info de jeudi).

Le second rassemblement, appelé notamment par l’association AIDES Nîmes et Réseau éducation sans frontière (RESF), avait pour objectif de soutenir Moussa, jeune sans papier, arrêté et emprisonné à Lyon, sous la menace d’être expulsé vers la Guinée Conakry, son pays d’origine.

VOIR AUSSI : Rassemblement à Nîmes contre l’expulsion de Moussa vers la Guinée Conakry

Comme l’avait déjà précédemment rappelé le RESF du Gard : « le retour de Moussa en Guinée n’est pas envisageable en raison des dangers qu’il encoure au regard de son orientation sexuelle. Homosexuel, il a été contraint de fuir son pays en 2015 suite à des persécutions. Nous sollicitons à nouveau le Préfet pour demander sa libération immédiate et l’octroi d’un titre de séjour. »

Les manifestants ont d’ailleurs mis autour du cou de la statue de Niméno 2, en face des Arènes, une petite pancarte « Libérez Moussa ! »

nimes rassemblement romanite 2

Ces deux rassemblements pacifiques ont vite fusionné, réunissant un peu plus de 200 personnes, devant le Musée de la Romanité, le bâtiment étant « protégé » par un dispositif policier très impressionnant, mais dont l’ampleur apparaissait pour le moins inutile.