C’est la troisième journée de mobilisation de la fonction publique depuis le début du quinquennat après le 10 octobre et le 22 mars.

Il y avait 3.500 manifestants selon la CGT. Les motifs sont nombreux, suppression de postes, salaires, solidarité avec les cheminots pour cette journée de mobilisation lancée à l’appel de tous les syndicats, dans les trois versants du service public : la fonction publique d’Etat, territoriale et hospitalière.

Les manifestants s’opposent surtout aux orientations prises par le gouvernement sur l’activité des fonctionnaires français,

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !