[Communiqué de presse] Équipe d’animation, du livret : «liberté, égalité, droits nouveaux !»

Homophobie et transphobie : signal d’alarme !

Chaque année, le 17 mai, journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT), est l’occasion de dresser l’état des lieux des discriminations contre les personnes LGBTI. Et le tableau est alarmant. Selon le rapport annuel 2018 de SOS homophobie, couvrant les faits survenus durant l’année 2017, les actes homophobes ou transphobes ont augmenté de plus de 4 % et les seules agressions physiques de plus de 15 %.

Devant une telle recrudescence des actes violents contre les personnes LGBTI, il faut soutenir les associations d’aides aux victimes et généraliser à tout le territoire l’exigence de transparence statistique par les autorités de police sur les crimes et délits anti-LGBTI, à l’instar du vœu voté le 4 mai dernier au Conseil de Paris à l’unanimité, à l’initiative de l’élue de la France insoumise Danielle Simonnet.

La meilleure réponse contre l’homophobie et la transphobie reste de poursuivre les avancées vers l’égalité des droits et l’extension des droits des personnes, à commencer par l’ouverture de l’accès aux techniques de la PMA à toutes les femmes et le droit à l’autodétermination de l’identité de genre pour les personnes transgenres. Et plus que jamais il faut mettre l’accent dès l’école dans le parcours éducatif sur la déconstruction des stéréotypes de genre et des stigmatisations à raison de l’orientation sexuelle. Il faut aussi développer les outils de prévention des discriminations dans chaque milieu concerné : au travail ou dans les relations avec les agents de la puissance publique, dans le cadre privé familial comme dans l’espace public, dans les médias audiovisuels comme sur Internet, ou lors des manifestations sportives.

Au regard de la situation internationale, la France insoumise défend le projet de dépénalisation universelle de l’homosexualité et de la transidentité à l’ONU , une directive universelle contre les discriminations incluant notamment celles à raison de l’identité de genre au sein de l’UE, le plein exercice du droit d’asile en France pour les personnes LGBTI persécutées dans leur pays (fin du Règlement Dublin III et de la liste des « pays sûrs », développer les visas pour l’asile et les structures d’accueil adaptées pour sécuriser la mise à l’abri avant la protection internationale) à l’inverse de la politique anti-migrant·e·s d’Emmanuel Macron et de Gérard Collomb.

Le député de la France insoumise Bastien Lachaud sera présent au rassemblement Place de la République, le 17 mai 2018, à l’occasion de l’IDAHOT 2018.