Rues baptisées en hommage à Arnaud Beltrame, pour Gilbert Collard (FN), les « auteurs de ce mensonge éhonté » doivent « s’en expliquer »

Une quarantaine de municipalités compte baptiser l’un de leurs bâtiments ou l’une de leurs rues en hommage à Arnaud Beltrame, le gendarme tué lors de l’attaque de Trèbes le 23 mars dernier.

VOIR AUSSI : Aux Invalides, mercredi : hommage national à Arnaud Beltrame.

Mais, un début de polémique était née ces derniers jours, alors que plusieurs villes administrées par le Front national ou assimilée projetaient d’en faire de même.

Le magazine L’Essor, spécialisé dans la gendarmerie, affirmait alors mercredi soir, que la mère du gendarme y était opposée. Un début de polémique est née.

La polémique s’est éteinte hier, la mère d’Arnaud Beltrame a démenti dans Le Parisien: « Arnaud Beltrame est Français. Il appartient à tout le monde. C’est du grand n’importe quoi cette histoire », « De toute manière, qui sait si dans deux ans ou cinq ans les mairies seront toujours tenues par le FN ? »

Une position applaudie par Gilbert Collard, député FN du Gard, réagissant dans la foulée sur Twitter. Celui-ci demande à présent aux « auteurs de ce mensonge éhonté » de « s’en expliquer ».

A Montpellier, le maire Philippe Saurel (DVG proche d’En Marche) projette de dédier à Arnaud Beltrame une rue ou une place. A Nîmes, le maire Jean-Paul Fournier (LR), dédierait à Arnaud Beltrame un rond-point en face d’une caserne.