Nous saluons l’annonce du retour de la police de proximité, baptisée Police de Sécurité du Quotidien, à Pissevin et Valdegour au 1er janvier 2019. Ceci correspond à une demande forte des habitants depuis sa suppression par Sarkozy, il y a une quinzaine d’années. Cette demande avait d’ailleurs été fortement réaffirmée le 13 janvier, lors de la rencontre que nous avions organisée à Pissevin dans le cadre des Etats Généraux du Progrès Social. Il est dommage que d’autres quartiers, tant le Chemin Bas ou le Mas de Mingue que le Centre-Ville par exemple, aient été oubliés.

Passer de l’annonce à la réalité, voici maintenant l’enjeu. Va-t-on  rétablir le poste de police de Léonard de Vinci, et élargir les horaires de celui de Newton ? Et comment concilier cette augmentation d’effectifs avec le projet de Macron de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires ? ne va-t-on pas déshabiller Pierre pour habiller Paul ? le service public ne se réduit pas aux questions de sécurité, dans ces quartiers comme dans tout le pays : par exemple, il y a une menace de fermeture de classe à l’école Vaillant maternelle, à deux pas de l’ancien poste de police de Pissevin. Nous appelons les habitants à continuer à se rassembler pour obtenir la mise en place réelle de cette Police de Sécurité du Quotidien, et le développement de tous les services publics.

Annonce - Pub - Advertisement

Christian BASTID, Conseiller municipal et conseiller d’Agglomération, Vice-président du Conseil Départemental et Président du groupe communiste ;
Sylvette FAYET, Conseillère municipale et Présidente du groupe Front de Gauche à la Mairie, Conseillère d’Agglomération et Présidente du groupe communiste à Nîmes-Métropole;
Vincent BOUGET, secrétaire de la Fédération du Gard du Parti Communiste;
Denis LANOY, secrétaire de la Section de Nîmes du Parti Communiste.

Annonce - Pub - Advertisement