Nous saluons l’annonce du retour de la police de proximité, baptisée Police de Sécurité du Quotidien, à Pissevin et Valdegour au 1er janvier 2019. Ceci correspond à une demande forte des habitants depuis sa suppression par Sarkozy, il y a une quinzaine d’années. Cette demande avait d’ailleurs été fortement réaffirmée le 13 janvier, lors de la rencontre que nous avions organisée à Pissevin dans le cadre des Etats Généraux du Progrès Social. Il est dommage que d’autres quartiers, tant le Chemin Bas ou le Mas de Mingue que le Centre-Ville par exemple, aient été oubliés.

Passer de l’annonce à la réalité, voici maintenant l’enjeu. Va-t-on  rétablir le poste de police de Léonard de Vinci, et élargir les horaires de celui de Newton ? Et comment concilier cette augmentation d’effectifs avec le projet de Macron de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires ? ne va-t-on pas déshabiller Pierre pour habiller Paul ? le service public ne se réduit pas aux questions de sécurité, dans ces quartiers comme dans tout le pays : par exemple, il y a une menace de fermeture de classe à l’école Vaillant maternelle, à deux pas de l’ancien poste de police de Pissevin. Nous appelons les habitants à continuer à se rassembler pour obtenir la mise en place réelle de cette Police de Sécurité du Quotidien, et le développement de tous les services publics.

Christian BASTID, Conseiller municipal et conseiller d’Agglomération, Vice-président du Conseil Départemental et Président du groupe communiste ;
Sylvette FAYET, Conseillère municipale et Présidente du groupe Front de Gauche à la Mairie, Conseillère d’Agglomération et Présidente du groupe communiste à Nîmes-Métropole;
Vincent BOUGET, secrétaire de la Fédération du Gard du Parti Communiste;
Denis LANOY, secrétaire de la Section de Nîmes du Parti Communiste.