Emplois du temps instables, informations tourbillonnantes, changement d’avis, changement de programme. Passez-vous votre temps à écrire dans votre agenda avec un crayon effaçable ou à réécrire vos rendez-vous sur votre smartphone ?

Espérons que nous ne soyons pas tous atteints de « girouettisme », ou si tel était le cas : sommes-nous déjà, tous adaptés à ce fonctionnement avec la souplesse d’un ectoplasme ? Malgré tout, le « girouettisme » ambiant ne va pas sans poser quelques problèmes, dont les principaux sont : le surcroît de stress et l’altération de la confiance.

Aujourd’hui, on change d’avis sur une impulsion

Sur qui pouvez-vous réellement compter ? Qui est présent à la date et à l’heure prévues ? Vous traite-t-on comme une variable d’ajustement ou comme un être humain digne de respect ? Autrefois, certainement au temps de la préhistoire pour les plus jeunes lecteurs, on changeait d’avis seulement en cas de force majeure c’est-à-dire : maladie, deuil ou cataclysme. Aujourd’hui, on change d’avis sur une impulsion parce que soudain l’activité du jour semble plus attractive que celle initialement prévue. On laisse tomber comme une vieille chaussette l’activité préprogrammée à plusieurs et l’on abandonne souvent les personnes avec qui l’on avait rendez-vous avec une indifférence ou une inconscience sereinement ego centrée.

Il n’y a dans ces façons d’annuler ni attention aux autres ni élégance. Avec elles, la confiance et la sécurité dans les relations se dissolvent alimentant une désintégration sociale lente, sûre, souterraine et contagieuse. Parmi les conséquences, on trouve la tendance au « surbookage ». Une personne à qui l’on impose un changement de programme à son détriment ne peut rester longtemps votre meilleur ami, partenaire, ou collaborateur. La qualité de votre relation en pâtit forcément.

Plus on est solide, plus nos engagements sont indéfectibles. Dr Gérard Leleu.

Alors, comment résister à cette épidémie galopante ? Prendre moins de rendez-vous, mais porteurs de plus de sens, c’est-à-dire alignés avec vos valeurs, vos projets, l’état de votre forme aussi. Si vous envisagez de changer d’avis pour une activité, faites-le à l’éclairage de ces mêmes critères.

Changer d’accord, mais pour quelque chose de meilleur. Faites-le en accord et en concertation avec vos interlocuteurs. Expliquez-leur, proposez-leur de se rallier à quelque chose de mieux avec vous ou offrez leur quelque chose en consolation de leur éventuelle déception.

courtoisie
Changer d’accord, mais pour quelque chose de meilleur. En accord et en concertation avec vos interlocuteurs