Maltraitance « institutionnelle » à la Mairie de Montpellier ? Le Roman noir d’Ilhem Goulli (#3) : « Je sais faire la distinction entre le Maire et l’homme qui prend des décisions »

Selon Ilhem Goulli, mère d’un petit de huit ans : « Saurel lors de son investiture n’a rien promis dans son programme, juste faire de la politique autrement, et qu’il sera le candidat contre le clientélisme ». Pour son administration, il semblerait que cela soit tout autre…

Une Commission Administrative Paritaire « injuste » ?

La suite s’emballe. Les 6 et 30 mars 2017, elle découvre que des « dénonciations calomnieuses » ont été versées à son dossier, suite à un SMS malencontreusement adressé à son intention, notamment une attestation commune. Elle fera une main courante pour la dénoncer. À la demande de Monsieur Abdi El Kandoussi, ex-directeur de campagne du Maire Philippe Saurel, président de la TAM, conseiller municipal spécial de la ville de Montpellier et délégué du personnel, l’ensemble de ses mails auraient été classés indésirables.

Pourtant, les éloges ne manquent pas, Monsieur Lassana Bathily, le héros de l’Hyper Cacher, prendra même le temps, à la suite de sa venue à Montpellier à l’invitation de CLICS 34, d’envoyer une lettre à l’attention du Maire de Montpellier Philippe Saurel, le 20 mars 2017 : c’est « une femme qui a beaucoup de talent, qui aime travailler avec déontologie. […] un personnage qui a du mérite ». Madame Hélène Mandroux, Maire Honoraire de Montpellier, évoque, elle, « son travail avec compétences et efficacité » de 2007 à 2014. Madame Latifa Ibn Ziaten, mère d’Imad Ibn Ziaten, premier militaire assassiné à Toulouse par le terroriste Mohammed Merah, évoque, elle, une femme « véritablement engagée, elle travaille sans cesse […] [pour] promouvoir les valeurs de la République ».

Le 18 avril 2017, un courrier de Monsieur Fina, directeur général des services de la mairie de Montpellier, introduit son dossier dans la Commission Administrative Paritaire du 28 avril, afin de prononcer son licenciement. Le syndicat FO dénoncera

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !