Rencontre avec A et B du groupe communication/coordination du M1717 Montpellier Métropole.


Concernant la genèse du mouvement sur le département, ils expliquent : le « mouvement est né de façon spontanée », avec à l’heure actuelle, deux groupes dans l’Hérault : M1717 Hérault et M1717 Montpellier Métropole. Un groupe est en cours de constitution concernant la basse vallée de l’Hérault. Pour eux, les groupes doivent être « adaptés à la situation géographique », afin de garder une « cohérente échelle de décisions ».

Annonce - Pub - Advertisement

Concernant, la composition du groupe Montpellier Métropole, A affirme sur « les plus engagés, pas un seul n’est encarté », « c’est une auto-organisation entre citoyens », mais il reconnaît que « dans les rangs, il y a des anciens socialistes, Nouvelle Donne, EELV, … ». B continue, c’est un « reflet de la composition des gens rangés derrière Hamon à la présidentielle ».

A et B, eux-mêmes, ne sont pas encartés.

Le groupe comprend 65 membres, pour A c’est « plutôt bien pour une période de congés ». Il y avait 50 personnes à leur assemblée générale, jeudi 7 septembre 2017.

Concernant le fonctionnement du groupe, B explique : aujourd’hui, le M1717 Montpellier Métropole, est divisé en groupes thématiques : travail/fiscalité/emploi, féminisme/LGBT, etc… Le M1717 Montpellier Métropole « fonctionne de façon autonome », l’« autogestion est totale » selon A, « sans forme légale aujourd’hui », plus précisément il n’y a que le « kit graphique du national ». Il confirme, concernant la structuration : « en novembre, il y aura un congrès de tous les comités M1717. » 

Pour B, c’est la « mise en pratique d’un organisation horizontale », « pas de chef permanent, pas de culte, de leader maximo ». A explique que lors de la prise de décision, il « essaye de trouver un moyen pour consulter tout le monde ».

M17171 Montpellier MétropoleConcernant leur positionnement sur l’échiquier politique national, le M1717 est pour B, « entre La France insoumise et Macron, il y a la place pour une force politique », A continue, à « la gauche du parti socialiste », « la ligne Hamon-Jadot ». Pour B en somme, le M1717 est « fait pour participer au rassemblement des forces de gauche opposé à la politique libérale jupitérienne ». Au M1717 Montpellier Métropole, pour A, il n’y a « pas de prétention », il faut « avancer, ensuite, on verra ». A conclut, nous somme une « force de construction », « moins sur la ligne manifestation-protestation ». B confirme tout de même, qu’une dizaine de membre étaient présents à la manifestation du 12 septembre.

Sur, le rassemblement du 23 septembre, le M1717 Montpellier Métropole « n’a pas de consigne du type, il faut y aller ». Mais « en tant que mouvement, le M1717 sera présent, le 21 et le 23 ». B présente aussi qu’ici, il n’y a « pas de pression interne », il va même plus loin, pour lui il serait possible d’« aller contre Hamon ».

Enfin, concernant leur implication locale : « nous sommes dans une phase de constitution » selon B. A continue, « les groupes thématiques ont trois fonctions » : se saisir des dossiers locaux, faire des actions et faire se rencontrer les gens. « Dans notre mouvement, cela ressemble à de l’associatif avec les bons côtés de la start-up et un fond politique ». Il faut « faire de la politique sans le levier des élections ».

B conclut expliquant que le M1717 Montpellier Métropole est en train de « mettre en place une charte de fonctionnement », « pas beaucoup de forces politiques essayent de se structurer par le bas ».


A et B ont souhaité rester anonymes.

Propos recueillis mercredi 13 septembre 2017  

Annonce - Pub - Advertisement