A propos de la « privatisation » de La Française des Jeux (FDJ)

L’ouverture du capital de l’entreprise pourrait intervenir au cours du second semestre 2018 selon le magazine Challenges, envisagée sous Sarkozy, puis Hollande, mais toujours repoussé, la dernière tentative sera-t-elle la bonne ?

L’Etat détient 72% de l’opérateur, les 28% restant regroupe des actionnaires minoritaires, dont les « anciens émetteurs de billets de la Loterie nationale », regroupant notamment des associations d’anciens combattants, comme l’association « Gueules cassées », créée en 1921 pour les blessés de la face de 14-18.

L’opération permettrait à l’Etat de récupérer plusieurs centaines de millions d’euros à court terme….

En 2016, les vingt-huit millions de joueurs ont rapporté 14,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec un bénéfice net en hausse de 10,7% sur un an (176 millions d’euros), une véritable poule aux œufs d’or.

En « définitif », « seul le dividende », environ 150 millions d’euros par an, serait partagé avec les nouveaux actionnaires privés, la taxe sur les jeux resterait dans le giron public… ce qui rassure… quand on sait qu’elle rapporte un peu plus de trois milliards d’euros au budget, les associations minoritaires conserveraient leur position.

Une question demeure tout de même, qu’en sera-t-il vraiment au second semestre 2018 ?