Les louanges de Bruno Roger-Petit dans challenges.fr ont su être efficaces. Aujourd’hui, il est porte-parole d’Emmanuel Macron. Il obtient donc un poste délicat et périlleux d’autant plus que la pensée et la vie du président restent toujours “complexes”. En récompensant Bruno, l’un de ses soutiens dans les médias, Emmanuel renforce sa communication pour faire comprendre son action politique et tenter de retrouver une adhésion forte.

Mais alors… pourquoi faudra-t-il peu écouter, cet homme des médias ?

  • Parce qu’il a animé une émission produite par Jean-Luc Delarue
  • Parce qu’il a été la voix off d’un jeu télévisé.
  • Parce qu’il a été chroniqueur dans Touche Pas à Mon Poste

Pas vraiment et quoique…. Mais surtout parce que, avec sa nomination, il y aura un bel effet stéréo entre l’essentiel et le futile, entre le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner nommé le 17 mai 2017 et le porte-parole de l’Élysée, Bruno Roger-Petit nommé ce 29 aout 2017. Il ne manquerait plus que Karl Lagerfeld devienne le porte-parole de la première dame et l’offre de divertissement LREM serait complète.

Dernier occupant à ce poste de porte-parole de l’Élysée : David Martinon en 2008. Le risque est grand que Bruno jette un jour ses fiches à la fin d’une conférence de presse, comme il l’a déjà fait après un JT sur France 2. Pour l’heure, attendons ses punchlines sur le compte twitter de la Présidence pour relayer la parole publique de l’Élysée. Souhaitons-lui de ne pas se Trumper tromper.

Voilà deux têtes à mémoriser et peut-être trois avec un Karl Lagerfeld qui a su nous faire apprécier, avec tact et soumission, les jambes de Brigitte Macron comme étant “les plus belles de Paris”. Bref, des hommes à écouter avec un certain décalage pour éviter tout gavage médiatique qui entrainerait un surpoids macroniste.

triocom elysee macron