Je vois… Un temps, vous avez été presque offusqué en lisant ce titre : “t’as le droit de mater ton député”. Mater certes, mais mater : son taf, son activité, son travail, sa présence en commission, ses interventions en commission, ses interventions dans l’hémicycle, ses amendements, ses rapports écrits, ses propositions de loi écrites, ses propositions de loi signées, ses questions écrites, ses questions orales… et c’est déjà pas mal. Mais attention, vous risquez tout de même d’être choqués. Il y a de timides présences pour certains. Des vies politiques que l’on pourrait assimiler à des apparitions, voire des mirages.

Si notre République permettait l’intervention populaire, et que le droit de révoquer un élu en cours de mandat, par référendum, sur demande d’une partie du corps électoral existait : les très grands timides seraient d’ores et déjà virés.

Citoyen ! c’est toi le boss… oui ! c’est toi qui le paies ton député. En effet, nos cadres politiques sont payés (1er février 2017) 7185,60 € brut par mois et bénéficient de 5 840 € brut par mois d’indemnité représentative de frais de mandat (normalement en cours de disparition pour être transformer en un système de remboursement aux frais réels). Ils disposent aussi d’un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs qui est de 9 618 € par mois. Question transport, c’est un accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1ère classe et 80 déplacements aériens par an entre Paris et leur circonscription.

Bref ! pour l’heure, citoyen tu ne peux pas le licencier, tu n’as pas le pouvoir de le révoquer. Mais tu peux suivre avec passion ses aventures à la capitale, grâce au site www.nosdeputes.fr. Tu peux aussi le féliciter, l’encourager ou le motiver pour le remettre en marche.

Héraultais ! vous pouvez prendre vos plus belles plumes et écrire pour renforcer le dialogue social avec votre personnel politique.

 

vignal_dernier