Un accord conclu par Bercy, lors du passage d’Emmanuel Macron au ministère de l'Economie, offre plusieurs milliards d'euros aux sociétés d'autoroutes

Voilà, les départs en vacances des juillettistes ont commencé, le chassé-croisé autoroutier a débuté. Monsieur M, prendra encore pour ses vacances les autoroutes, elles sont plus rapides, il le sait, enfin, lorsqu’il n’y a pas de bouchons…

Mais, Monsieur M. peste un peu aujourd’hui au moment de payer, l’augmentation des tarifs autoroutiers, en moyenne 0,8% cette année, après une augmentation de 1,12% en 2016, cela fait beaucoup sur sa facture.

Enfin, Monsieur M. se dit que cela aurait pu être pire, sans l’accord « gagnant gagnant » entre l’État et les géants du BTP, conclu par Bercy, lors du passage d’Emmanuel Macron au ministère de l’Économie. Mais, il doute un peu, l'accord étant resté secret, il n’a pas confiance Monsieur M., surtout lorsqu’il apprend dans « Le Canard enchaîné », les largesses concédées à l'avantage de Vinci, Eiffage ou encore Sanef.



Pour lire la suite, vous devez être connecté et abonné.

Merci, vous êtes de plus en plus nombreux à lire et à regarder lemouvement.info. Nous ne sommes rattachés à aucun lobby, aucun groupe industriel, ou parti politique, pour garder notre indépendance éditoriale et notre liberté de ton votre soutien est essentiel, n'hésitez pas à vous abonner.

Je m'abonne !


Je me connecte :